Le monde de Kaè

» Catégorie : Mode


J’aime pas les blogueuses.

Commentaires » 6

J'aime pas les blogueuses. dans Mode frozen-200x300

 

Toi. Modeuse ratée, névrosée du bulbe qui conseille des sacs. Putain. T’as maté les sacs en question ? T’es sérieuse ?
La blogueuse collectionne les ballerines, les colliers breloques dégueulasses achetés à une copine créatrice (ça se reconnaît au mauvais collage ou à la résine abîmée), met 2 heures à écrire un article, 20 minutes à le poster (j’y vais, j’y vais pas, attends j’vais d’abord l’envoyer à ma mère pour corriger mes fautes), twitt’ le post, le relaye sur facebook via sa page « j’aime » qui lui-même, arrive enfin à son putain d’blog.

En lisant son papelard à la syntaxe fantastique tu te dis « merde, elle fait un tas de trucs, elle a que ça à foutre ». Nan. Elle a pas le temps. Son kiff’ c’est d’aller piquer les bonnes idées à droite et à gauche (entre 1 et 2 heures par jour meuf). Entre 2 photos travaillées sur Instagramm, elle fait un macaron en pâte fimo que sa meilleure pote aura honte de porter. Cette même meilleure pote, qu’elle fait poser avec des fringues H&M, un leggin’s léopard et un tattoo de merde (un lettering) logé dans le creux de son épaule qu’elle dévoile en tirant sur son débardeur comme une junkie en pleine fosse. C’est surjoué. Ridicule. Mais.

Tu te marres bien quand même.

Quand ton job t’oblige à checker (ben ouais c’est mon cas, tu penses bien qu’une fois cette tâche remplie, je ne m’empresse pas de jeter de la javel sur mes tish’ pour paraître rock) la moindre blogueuse qui vaille le détour, tu prends cher.

Et puis Dieu inventait « les poupées de chiffons ». Deux barges tatouées (mais de vrais tattoos cette fois-ci) créatives, délurées, sympathiques et surtout… talentueuses. La qualité des photos, la mise en scène, des pièces subtiles réalisées par la somptueuse Sophie, l’idée, le style, le look, l’humilité, la persévérance. Rien que ça. T’aimes ou t’aimes pas, venez me dire que c’est de la merde, c’est juste impossible. Elles ont leur touches, elle ont crée un univers. Un truc qui rappelle vaguement les monstres du placard lorsque tu es enfant, des posts qui font appel à l’imaginaire. Elles sortent tout droit d’un comte pour mioches ou d’un voyage au bout de la nuit mais celle-ci ne connaîtrait aucune fin. Un genre de fées qui se pencheraient sur un berceau pour offrir une deuxième naissance. T’as l’impression qu’à l’école on les a fait chier pour ce qu’elles étaient, et qu’elles prennent leur revanche.

Belles, victorieuses, inspiratives, deux poupées meurtries au fond d’un coffre qui s’éveillent une fois la nuit tombée, Anne-Laure et Sophie… voici le Toy Story le plus underground de la toile. Prenez, c’est cadeau.

http://poupeesdechiffons.over-blog.fr/

 

J’aime pas les looks de gitane…

Commentaires » 0

kbag.jpg

Avec les vieux futes en tissus façon sarouel. Le bandeau dans les cheveux. Les sacs à mains avec des morceaux de miroirs collés dessus. Les spartiates. Pire, les kickers. J’fais de la fièvre juste en l’écrivant.

Enfin bon, tout ça pour dire que le patchwork qui colle très bien à ce mouvement, ça n’a jamais été ma came et pourtant… Voici mon dernier coup d’coeur, le sac patchwork oui je sais, mais… avec le vinyle c’est juste parfait. La créatrice s’appelle Madame Rêve et ça c’est son blog : http://mme.reve.over-blog.com/. Alors certes je ne suis pas fan de tout ce qu’elle fait mais juste pour CE sac c’est APPLAUSE direct ! Quand j’ai ôté le papier cadeau j’ai eu une réaction à la « Pimp my ride » ; quand les types découvrent leur bagnole customisée. Merci à Paola pour ce superbe objet.

J’aime pas les bijoux !

Commentaires » 1

kbague.jpg

Genre grande Madame.

Les bagues à petites pierres, les diamants, les montres ultra féminines, les colliers avec des strass’…
Plus les lignes sont pures, mieux c’est. Alors je frime avec ma nouvelle baguouse du moment, je me balade avec ma main sur le front, je ne fume plus que de la main droite… Bref, je suis in love.

 

J’aime pas le bon gôut

Commentaires » 0

Une rédactrice en arrêt pour manque de sommeil, ça donne ça :
Après 12 heures consécutives de dodo grâce à Imovane, j’ai mal à la tête. Pour me divertir un peu je squatte la téloche, me tape toutes les émissions qui vous explique comment « être à la mode ». Moralité pour être « de bon goût » aujourd’hui, faut ressembler à ça :

jeanboyfriend.jpg

J’ai vérifié. Revenue fraîchement de la capitale ce dimanche, j’ai dans la tête du chino en veux-tu en voilà, du boyfriend, du débardeur, de la grosse lunette à branches noires, du chapeau 50′s, du pauvre tattoo, du fluo, putain du fluo ? Encore ?
Alors comme le « bon goût » n’a pas réussi à me convaincre, je préfère rendre service à une population plus vaste.

Comment te looker comme une grosse pute avec Tata Kaè ?
Ecoutes. Prends. Exécutes.

La créole
Une bonne grosse créole. Dorée ou pas, ça n’a pas d’importance. Tu prends dix points direct. Si jamais, t’as l’audace (je t’avoue que c’est herculéen pour moi), tu optes pour la grosse créole avec marqué GUESS dedans. T’es un aigle parmi les bitch. Bravo. Attention par contre aux volatiles, mais tu vas m’dire, y’a peu de perroquets en zone urbaine.

La mini-jupe skinny
La mini-jupe ce peut être hype et j’vais pas vous donner des conseils pour être bien sappée, c’est pas l’but. Mais la mini-jupe « moulante », rien que le mot est abjecte… Là pas besoin de chipoter avec des talons ou un décolleté. 50 points.

Le pantalon moustache
Tu sais, le pantalon qui fait du bon gros pli au niveau de ton entrejambe, pire…. qui « marque » ton entrejambe. Pour cela, il suffit de porter un fute trop petit pour soi, ou d’en acheter un chez putkie, povmod, ou lucyffer. Pour une poignée d’euros, tu fais peine en 2 minutes. Ouais.

T’es prête pour le karaoké chérie. Bonne soirée.

J’aime pas les sacs à main…

Commentaires » 2

Et pourtant j’en ai toute une flopée.
Alors plutôt que de faire un post’ bateau sur le dernier sac tendance (parce que je le dis et je le répète, tout ce qui est tendance ne l’est déjà plus), j’ai fait l’analyse d’une femme en fonction de son sac à main. J’ai grandi avec un frère sociologue avec lequel j’ai pas mal d’années de décalage. J’étais un peu son cobaye jusqu’à sa soutenance de thèse. J’ai donc été abreuvée de réflexions absolument méprisantes sur l’apparence des gens mais qui sont souvent tout à fait justifiées. C’est malheureux mais c’est comme ça. Alors pas question de parler de potentiel financier, ce serait trop simple, mais de goût ! Vos goûts disent souvent qui vous êtes. Démonstration stylistique.

Tu as un sac rose bonbon yoshi et t’as collé des badges de Tin Tin dessus.

securedownload4.jpeg

Moralité :
T’as bon goût question tattoueur et tu dois être une fan de Nintendo. Par conséquent tu as aussi une passion pour Mac et pour l’électro. Mais t’as 15 ans ou quoi ? Tu crois que c’est de cette façon que tu vas gérer un mec bien une fois dans ta life pauv’ névrosée ?! Tu te vois te pointer un RDV pro avec ton yoshi’bag ?? Hein ? Tu te vois porter ta ptite robe noire hypra glam, des escarpins à tomber et ton… SAC YOSHI ? Allez tu sors on ne peut plus rien pour toi, nan discutes pas avec moi, tu négocies rien du tout et tu r’tournes à ta DS.

T’as un sac Longchamps peau de pêche à l’imprimé coloré.

securedownload9.jpeg

Moralité :
T’es une Fucking versaillaise. T’as un serre-tête en velours et des ballerines. Ton prénom comporte deux prénoms. Rien que ça c’est chiant. Du coup tu l’as jamais entendu ton prénom. Jamais. On t’appelle Anne-so’, MJ, MC, Marie-thé… T’existes pas. Ou toujours à moitié. T’as un collier de perles qui excite le premier commercial qui passe. Tu t’es même mariée avec, mais tu te fais OVER chier. C’est que le début Miss. Tu sors. Allez, va à ton cours de Yoga.

T’as le sac noeud oversize et p’tite chaînette sur peau pink et reptilienne.

securedownload5.jpeg

Moralité :
T’es une pouf’ finie. Ton sac est toujours assortie à ton gloss et à ton vernis. T’adores les décolletés pigeonnant et les talons aiguilles. T’as une barrette Hello Kitty. T’es bourrée avec 3 verres et tu te fais chauffer par tous les nazes de la soirée. Tu finis toujours à minuit en t’endormant sur un canap’. Tu gères pas. Tous les mecs se sont tapés la versaillaise, parce qu’elle paie pas de mine mais elle envoi au charbon la bougresse. Tu mates grey’s anatomy et t’as l’appli VOGUE sur ton i-iphone, sauf que la mode tu connais pas. T’as acheté ton parfum lolita lempicka pour la 7ème fois parce que t’en avais marre d’Angel de Thierry Mugler. T’as des draps en soie et tu fais chier tout le monde avec ta passion pour Bridget Jones parce que comme toi, elle assure pas un cachou. Tu sors, mais traces hein j’veux plus t’entendre.

T’as un sac YSL façon Xena la guerrière, il coûte une jante de bagnole.

securedownload3.jpeg

Moralité :
T’es barge. T’as acheté le seul sac YSL que tu ne pourras jamais associer avec quoique ce soit. T’es un vrai panier percé. Tu vas chez H&M mais t’es aussi accroc à Dior et à Chloé. T’as de pures fringues mais t’as juste un gros souci pour les associer. Pendant la vague « couleur Camel » t’as acheté le cuir, les bottes et la jupe. Ils sont toujours dans ton placard. A la place, t’es toujours en baggy et en van’s. T’as pas de style. T’as l’argent mais t’as pas le talent. Tu sors.

T’as une pochette rouge à carreaux noirs Oversize qui sort tout droit de chez Topshop.

securedownload8.jpeg

Moralité :
T’es une gothique qui s’ignore. T’as beau essayer d’être une femme. Tu finis toujours par être destroy. Tu es une ancienne skatteuse, t’as tagué, t’as fumé, t’as trop fait la fête. Tu aimes les bibi, les voilettes, t’es fan de Dita Von teese mais tu détestes Marilyn Manson parce qu’il te renvoi cette image que tu détestes : le spleen et les chauve-souris. T’as lu 15 fois l’Etranger de Camus et t’écoutes du Cure en boucle. Allez va te faire tatouer des étoiles. Tu sors.

T’as une pochette Burberry chiné à Londres qui date des 70′s.

securedownload6.jpeg

Moralité :
T’es une fashion victim et bon dieu qu’ça t’énerves ! Tu es tout ce que tu détestes. Tu bosses dans la comm’ ou dans le marketing, tu connais toutes les tendances, tous les courants. Tu te dis que tu ne tomberas jamais dans le panneau mais tu fais tes courses à CAMDEN ! T’as 4 paires de ray-ban wayfarer alors que… t’es moche avec. Mais tu les a achetées parce que t’aimes la période « rock a billy ». Ben ouais la bonne excuse. Tu sors toi aussi ! Même si au fond, je te méprise un peu moins que les autres…

La moralité de ce post. C’est que je suis schizophrène et moi aussi.
Tous ces sacs m’appartiennent.

J’aime pas le brushing.

Commentaires » 4

jo.jpg

Pourtant je lui ai donné 6 ans de ma vie.

Alors non, je n’étais pas coiffeuse. Mon job c’était de conter des images, créer des histoires, sublimer la technique. Ca c’est la version soft. Mon job c’était d’écrire des consumer magazines, des lignes éditoriales, des dossiers de presse. Ca c’est la version pro. J’ai cotoyé les pinces neige, les produits texturisant, le piquetage, le dégradé, l’attache rapide…

Alors que faut-il retenir de tout ça ? Ben je ne sais toujours pas faire mon brushing.

Depuis l’adolescence, j’ai toujours eu peur des coiffeurs, je sortais d’un salon avec un casque à la playmobil, le lendemain je me réveillais avec un pétard version Robert Smith. J’ai beau être fan de Cure, faut pas déconner.

De manière générale le monde de l’esthétisme m’insupporte. On fait tout un tas de choses pour « conserver ce corps » qui finira entre quatre planches de toute façon. Mais seulement la coiffure demeure une partie de notre identité à part entière. Les pin-up arborent une coque surgonflée, les fans de reggae optent pour les locks, les punks chérissent la crête. En ce sens, la coiffure dépasse largement l’esthétisme.

Et quel métier. Confier sa tête à un parfait inconnu. L’obliger à devenir le garant de mon rencard de ce soir. S’il se râte, je vais peut-être râter ma vie. Mais lui c’est net, j’vais pas le râter.

J’ai connu pas mal de coiffeurs. Mais j’ai vu des stars. Capables de rendre à une femme sa dignité, son amour-propre, un peu de bonheur pour 32 euros sur cheveux courts. Du marketing ? Non. De l’art.

Un dimanche j’ai assisté comme souvent à un show de présentation de collections de coiffure. Les plus grands noms étaient devant moi. Un type débarque sur scène, s’arme de ciseaux, commence. Les lumières s’éteignent, son modèle ferme les yeux et voilà que j’observe un spectacle digne de Tim Burton. J’avais retrouvé Edward aux mains d’argent. Avant lui, je pensais que la coiffure c’était fait pour les gens mauvais à l’école. Ce que beaucoup de monde pense d’ailleurs. Avec cet homme, j’ai compris que j’aurais pu suivre les mêmes études que lui, je n’aurais jamais atteint son talent. Le 27 juin 19…. (je ne sais pas s’il aimerait que je dise son âge), mais en tout cas, un 27 juin il y a quelques années, des fées se sont penchées sur le berceau d’un enfant et lui ont remis des ciseaux d’or :
José Bury ou le type qui m’a rendu mon amour-propre tous les 2 mois pendant six ans. Salut l’artiste…

 

J’aime pas desigual !

Commentaires » 1

robedesigual.jpg

Comment peut-on porter…. ça ?
C’est infâme. Mélange de matières insoutenable, couleurs acidulées façon patchwork de grand-mère, dessins abominables. Bon ce n’est que mon avis, mais avec des kickers c’est parfait. Alors je renie depuis toujours cette marque espagnole. Mais, cette jeune fille fait l’exception. Parce qu’elle a sans doute ce blond scandinave qui a sublimé ce bleu klein orné de quelques fleurs ça et là sur un imprimé à carreau british. Comme quoi, on peut porter du desigual en l’associant à des matières épaisses et fauves pour « calmer le jeu » sur une agression visuelle. Enfin je peux pas changer d’avis cela dit, de manière générale, cette marque m’est insupportable, mais sur Valérie c’est cute. Parce que c’est elle, parce qu’elle a peut-être choisi la seule pièce Desigual qui n’en est pas vraiment une. En fait sur le coup, j’ai même pensé que c’était du « Save the queen » c’est dire.

val.jpeg

J’aime pas la vulgarité !

Commentaires » 0

15676046661938218611297755718661531634324047n.jpg

La grossièreté oui, sans problème. C’est même vital. Si tu ne dis pas « putain » au volant, c’est que tu es invertébré.
Je suis mordue des pin-up, je l’ai déjà dit, mais j’le dis quand même… J’les aime.
Sur facebook j’ai cliqué « j’aime » sur un tas de trucs. Je suis donc membre du groupe « mettre des bottes blanches pour avoir l’air d’une grosse pute » ou encore « pour que Dark Vador soigne son asthme ». Des trucs vitaux quoi. Mais je suis aussi l’actu des pin-up modernes. En gros tous les jours je peux voir une photo d’une nana bien vivante, souvent tatouée, qui prend une moue de poupée et qui cambre bien les dos. Je ne pouvais faire l’impasse sur la pin-up du jour. Vulgoss, disproportionnée, nourrie au plastique et vêtue d’une robe gold absolument dégueulasse.
Alors pour toi, juste pour toi, la police du goût te coffre pour atteinte au blazon légendaire des pin-up. Tu prends 6 mois fermes.

J’aime pas les agrumes !

Commentaires » 0

agrumes.jpeg

Si, en fait ouais. J’peux boire un jus d’orange, mais pour rire, un jour, faites moi manger un citron.
Les agrumes ce n’est pas mon truc mais j’adore le orange, le jaune… Ces derniers temps je lis dans la presse féminine (c’est d’un niveau intellectuel…what the fuck!) que le « total look » c’est terminé. En gros tu viens avec une robe bleue, des accessoires bleus, des escarpins bleus… TU SORS !
Si la police du goût passe, tu prends perpet’ !
Je suis assez d’accord sur le fond, mais il fallait juste trouver « les formes ».
Notre mannequin du jour a osé ! Combi en laine associée à des collants orange, accessoires noirs en rappel aux bottes noires, que dire ? Tu es juste la réplique de Felicity Bonne Baise dans Austin power. Tu es sexy, voluptueuse et tellement shiny. J’ai envie de t’emmener en soirée électro, encore une fois, tu cours hors du temps, tu ne ressembles à personne, ce sont les autres qui essaient de te ressembler, pire, de t’imiter vainement.
T’es FRUIIIIIIIIIIIIIIIT. T’as tout compris.

blandine.jpeg

J’aime pas les déménagements !

Commentaires » 0

oma.jpeg

Je ne compte plus les miens. Par moments je n’ouvrais pas les cartons, de cette façon j’avais juste à charger le camion la fois d’après. Enfin, je dis « je », en fait ce n’est pas moi qui chargeait mais mes amis, qui ont déballé et emballé maintes fois, mes culottes. Plus communément appelés dans le sud « sliboules », mon mot favori.
Alors mon dernier déménagement, je siège dans le camion, sereine, j’organise, je regarde des types très musclés m’amener mes colis. A chaque colis qui se pose, je serre les dents. « Mes cd’s putain, j’espère que les étoiles ne vont pas céder ». La porte se referme légèrement avec le vent et je sors mon i-phone pour prendre en photo l’improbable. Au beau milieu de ce brouhaha, de la sueur, de la poussière et des couvertures déchirées qui protègent les meubles : une pin-up. Petite robe noire à la Françoise Sagan (Carnet de mode que je conseille à tout le monde), escarpins rouge cerise et « LE » détail qui tue : une clope à la main. La femme qui la tient nerveusement en disant « moi si j’étais vous j’aurais fait autrement », c’est ma génitrice. Ca me fait penser à une photo que j’avais vu à 15 ans. Elle était devant un feu-stop, une petite robe 60′s, une choucroute capillaire et ces jambes, incroyablement belles, galbées, sensuelles. Elle avait 16 ans, aujourd’hui elle en a 56. Elle vous dira que pour les garder, elle préfère prendre les escaliers que l’ascenseur, que ses 90 minutes de ménage journaliers l’aident à garder la ligne…. Mouais. La vérité c’est que Dieu est clément avec certaines et moins avec d’autres. T’as eu de la chance Monica.
On saluera au passage les escarpins italiens que tout le monde encore une fois, ne pourrait pas porter.

123