Le monde de Kaè

» Catégorie : Musique


J’aime pas les gens qui…

Commentaires » 0

smiths.jpg

Ne connaissent pas les paroles d’une chanson et qui font mine de la connaître. Quand c’est un truc que tu n’apprécies pas forcément ça passe, ça fait même rire, tu alternes mépris et amusement. Mais pas un Smiths par pitié. Je discute avec un type qui me demande si j’aime les Smiths.
Les Smiths ? « LE » groupe mancunien le plus mythique au monde. Des paroles transcendantes, les riffs de Marr, la voix cristalline du Moz… Si j’aime les Smiths ? Quand j’étais ado et que je me rendais en discothèque je chantais « Hang the DJ » quand un titre ne me plaisait pas. Quasiment pour chaque morceau en fait. Du coup je me pressais de rentrer chez moi pour piquer les cd’s de mon grand frère. Grâce à lui j’ai découvert « the queen is dead », « rank », « bona drag »… Ouais, Bona Drag c’est un disque de Morrissey, mais on ne va pas se mentir, les Smiths C’EST Morrissey avant tout.
Il poursuit, « ouais tu sais la chanson, there’s latt de nevezz att ».
Hum. Tu voulais dire « there’s a light that never goes out ». Ma chanson.
On a tous ressenti ça une fois. L’envie d’être dans une voiture en pleine nuit aux côtés de cette personne qui nous emmène… on ne sait pas où exactement, mais en réalité ça n’a pas d’importance. Parce qu’on ne se sent nulle part chez soi, parce qu’on se sent seul, parce qu’on a l’envie insoutenable de voir des gens vivre, rire, s’amuser, parce que nous ne sommes plus capable de le faire individuellement. Alors on reprend son souffle peu à peu, on se laisse porter, on recommence à sourire. Grâce à cette personne qui tient le volant et qui nous connaît comme personne en fait. Mourir à ses côtés nous effleure l’esprit. Je pourrais mourir là maintenant en toute quiétude car, mourir à ses côtés serait un privilège. J’ai eu la chance de connaître cette personne. Une lumière, cette lumière qui ne s’éteint jamais. Un titre universel. Voici les lyrics et le morceau s’écoute tranquillement sur youtube.com
Ben ouais j’vais pas en plus aller vous le chercher faut pas déconner.

Take me out tonight
Where there’s music and there’s people
Who are young and alive
Driving in your car
I never never want to go home
Because I haven’t got one anymore

Take me out tonight
Because I want to see people
And I want to see life
Driving in your car
Oh please don’t drop me home
Because it’s not my home, it’s their home
And I’m welcome no more

And if a double-decker bus
Crashes into us
To die by your side
Is such a heavenly way to die
And if a ten ton truck
Kills the both of us
To die by your side
Well the pleasure, the privilege is mine

Take me out tonight
Take me anywhere, I don’t care
I don’t care, I don’t care
And in the darkened underpass
I thought Oh God, my chance has come at last
But then a strange fear gripped me
And I just couldn’t ask

Take me out tonight
Oh take me anywhere, I don’t care
I don’t care, I don’t care
Driving in your car
I never never want to go home
Because I haven’t got one
No, I haven’t got one

And if a double-decker bus
Crashes in to us
To die by your side
Is such a heavenly way to die
And if a ten ton truck
Kills the both of us
To die by your side
Well the pleasure, the privilege is mine

There is a light that never goes out

J’aime pas les DJ’S…

Commentaires » 0

410681455848654695631144907919123043096621631599n.jpg

Allez les goonies on bouge son body…. HUMMMM c’est chaud ce soir, y’aura des cocktails sans alcool gratuits (Putain merci fallait pas) des lots à gagner toute la soirée (Ouais une gourde crédit agricole et un autocollant radio france drôme, là non plus fallait pas) allez c’est chaud les enfants voici BOB SINCLAR !!!!
Et merde.
Bon, on a tous écumé les discothèques de nos régions respectives, y’avait les chanceux qui groovaient sur les planches du Queen’s à Paris, pi les autres qui s’agitaient sur le podium de l’Hacienda à Montélimar juste avant le défilé de Miss Nougat. Dieu pourquoi t’as été si dur avec moi dès le départ ?
Cet été en rendez-vous pro je vois débarquer une nana bombesque avec des mèches bleues et des shoes improbables (des escarpins roses et noirs à têtes de mort), là je me dis qu’elle plairait à mon filleul. Super pro elle enchaîne les questions sur le dossier web et me glisse en fin de parcours qu’elle est DJ. ‘Fin Djette en fait.
Quelques jours plus tard, je me retrouve propulsée dans son salon et elle me balance nonchalamment « je vais te faire écouter quelques morceaux de mon crew, tu me dis si ça te plaît ».
Je découvre donc « T. Rework » par Deiva et Djos, « Mademoiselle adore Paris » toujours par les deux mêmes siamois et enfin « Escape » de leur numéro 3, NoWax.
J’ai pensé qu’elle se foutait de moi. C’est comme ci après la première écoute de « Poney, pt. 1″ (Vitalic) on m’avait demandé « tu penses que ça va marcher k ? »
Euh, ben j’sais pas mais j’veux bien vous signer même sans label, là maintenant.
Quelques heures plus tard je découvre que je suis en réalité chez des DJ’s qui tournent depuis des années dans toute l’Europe. Qu’en réalité ils ont mixé devant les foules avec les plus grandes stars parce qu’ils en sont aussi. Que dire du son ? Sensible ou pas à l’électro on prend une énorme tarte. Des morceaux qui te donnent l’impression d’être sous subu au beau milieu d’une foule déchaînée. La star c’est toi. Ton moment de gloire est là, t’es invincible, survoltée, vivant. Rien que pour ça, le Bfact crew tournera prochainement all over the world. Rendez-vous dans la fosse.

(Sur la photo et dans l’ordre : NoWax, Deiva, Djos, retrouvez-les sur Facebook pour connaître leurs prochaines dates)

J’aime pas le rhum…

Commentaires » 0

Sauf quand il est pour Pauline.
Je fais référence à ce groupe que j’ai connu cet été grâce à mon rédac chef préféré : LOIC PICAUD. On parlera de son oeuvre plus tard. Pour l’instant il est question de RHUM FOR PAULINE.
4 jeunes hommes venus de Nantes. Ils doivent avoir 20 ans à tout casser et sont pourtant de véritables artistes en herbe. Un mélange de pop, de 70′s, de rock pur avec un côté fun qui s’adapte à tout moment de la journée. Vous entamez la matinée avec Walker’s lament, vous poursuivez après le déj’ avec Good player in a wrong game (guitare fantastique) et vous gérez votre boyfriend en soirée avec Sex with chicken. Vous prenez un bide, parce que le fait de baiser un poulet va peut être le traumatiser, mais vous êtes rock, libre, jeune, insouciant. Ce soir je prends un rhum pour Pauline, en attendant l’album est dispo sur Itunes. Alors gavez-vous.

6a013486c547bd970c013488b463ab970c800wi.jpg

J’aime pas Jim Morrison…

Commentaires » 0

Dans l’absolu. S’il était mort à 80 berges, est-ce qu’il serait cette SUPERSTAR? Ca n’aurait rien changé pour Elvis ou Otis Redding de mourir vieux, mais Jim Morrison ?
Bon ok il était somptueux et il écrivait aussi de superbes textes, s’inspirant de Blake ou de Rimbaud. D’où le nom des DOORS.

« If the doors of perception were cleansed every thing would appear to man as it is, infinite. » William Blake. (The Marriage of heaven and hell).

Tout ça pour dire que je viens tout juste de voir WHEN YOU’RE STRANGE. La critique est très mitigée, apparemment les journalistes critiqueraient le fait que le docu’ soit entrecoupé de passages d’un film que Jim avait tourné. J’adore lire des bio d’artistes et aller au ciné pour écouter de la musique. Après CONTROL de Anton Corbijn (un film que tout le monde se doit de voir, fan de Joy Division ou pas), ce doit être le meilleur docu’ retraçant le parcours d’un de mes groupes favoris. Alors pourquoi ?
Parce que tout d’abord il est commenté par Johnny Depp. Ensuite parce qu’il révèle des archives inédites comme des séquences tournées en studio. Chose déjà rare chez nos contemporains mais là avec les Doors ça relève du surnaturel. Le film recèle aussi d’archives d’actualités de l’époque. On peut voir les Unes des journaux avec la mort de Hendrix, Joplin ou l’élection de Nixon. Hier soir j’ai donc eu l’impression de vivre l’époque à laquelle je rêvais d’être née depuis toujours. J’ai participé à un concert qui à très mal tourné, à Los Angeles. J’ai testé le fute en cuir marron caramel, j’ai découvert « This is the end » comme jamais auparavant, et j’ai sagement attendu une première partie méconnue encore… Les… comment c’est déjà ? Ouais les Who.
Bref si ce n’est pas déjà le cas, courez le voir. Il est parfait à tout point de vue, la preuve, especially for you (dixit Jason Donovan), j’ai pris une photo de la toile… Perso je suis sûre de m’éteindre :D

securedownload.jpeg